Google+ Syndicat UNSA Mairie de Villeneuve d'Ascq

Menu Pages

menu déroulant

mercredi 4 novembre 2020

Report permanences UNSA

 

Suite à un incendie la semaine dernière dans le sous-sol et le bâtiment de l'Espace 75, les locaux du syndicat UNSA ont été dégradés et ne sont plus utilisables pour l'instant.
Les autres pièces sont accessibles (amicale, autres syndicats, assistante sociale, psychologue du travail).

Nous ne pouvons donc malheureusement plus accueillir les agents dans notre bureau pour l'instant.
 
De ce fait, jusqu'à nouvel ordre,  
nos permanences du lundi après-midi et du mercredi matin sont annulées.

Mais il est toujours possible de nous rencontrer.
 
Pour cela, nous pouvons convenir d'un rendez-vous et occuper un autre bureau, une autre pièce, par exemple la salle de réunion de l'Espace 75, à définir.

Dans tous les cas, nous restons joignables par mail ou par téléphone.

lundi 14 septembre 2020

rentrée2020_permanences

 Nous espérons que vous avez passé une belle période estivale.

Nos permanences reprennent à l'espace 75.

le lundi de 13h30 à 16h30

le mercredi de 9h à 12h30

Nous recevons également sur rendez-vous.

Dans le respect des gestes barrière : le port du masque, la distanciation obligatoire, le gel hydroalcoolique

Pour nous contacter :

le mail : unsa@villeneuvedascq.fr

le téléphone : 03 59 31 60 11

mardi 8 septembre 2020

mail_reprise_agents_vulnérables

 Le mail que nous avons envoyé le 8 septembre à la DRH et au nouvel élu au personnel pour les sensibiliser aux dangers d'une reprise trop rapide des agents vulnérables.

Bonjour,

Nous faisons suite à la réunion du 3 septembre sur l’agenda social.

Nous avons abordé (rapidement) la circulaire gouvernementale parue le 1er septembre mais n’avons pris aucune décision consensuelle quant à son application en mairie.

De façon générale, il est précisé par le 1er ministre et par la ministre de la transformation et de la fonction publique que les employeurs locaux peuvent se reposer à la fois sur le protocole des entreprises et sur la circulaire de la fonction publique d’Etat et qu’ils ont la liberté d’appliquer ces textes comme ils l’entendent, les collectivités pouvant ainsi faire valoir leur libre administration.

Cette circulaire sera  déclinée ultérieurement pour la fonction publique territoriale et la fonction publique hospitalière. Il est d’ailleurs prévu que le conseil supérieur de la fonction publique territoriale se réunisse le 9 septembre sur ce sujet, la ministre, de son côté, s’étant engagée à se réunir tous les 15 jours avec les partenaires sociaux et les décideurs, et autant que la situation l’exigera afin de faire le point sur la mise en œuvre de ces dispositions et, si besoin, les compléter.

Dans cet ensemble de mesures à appliquer, nous souhaitons attirer votre attention, comme l’ont formulé ces ministres, sur la nécessité de veiller attentivement aux agents les plus vulnérables présentant un risque élevé de développer une forme grave d’infection au virus.

Je me permets de vous en rappeler les termes :

Il est indiqué que les agents publics présentant une des pathologies mentionnées à l’article 2 du décret n° 2020-1098 du 29 août 2020 pris pour l’application de l’article 20 de la loi n° 2020-473 du 2S avril 2020 de finances rectificative pour 2020 seront, lorsque le télétravail n’est pas possible, placés en autorisation spéciale d’absence , et que pour les autres agents présentant l’un des facteurs de vulnérabilité rappelés dans l’avis du Haut Conseil de santé publique du 19 juin 2020, le télétravail est la solution à privilégier lorsque les missions exercées s’y prêtent.

Lorsque le télétravail n’est pas possible ou lorsque, malgré une possibilité de télétravail, une reprise du travail présentielle est décidée par le chef de service au regard des besoins du service, l’agent bénéficie des conditions d’emploi aménagées, en particulier :

  • la mise à disposition de masques chirurgicaux par l’employeur à l’agent, qui devra le porter sur les lieux de travail (durée maximale de port d’un masque : 4 heures) ;
  • une vigilance particulière de cet agent quant à l’hygiène régulière des mains,
  • l’aménagement de son poste de travail (bureau dédié ou limitation du risque avec, par exemple, un écran de protection, limitation du contact avec le public ou, à défaut, écran de protection, distanciation physique assurée, renouvellement d’air adapté, etc.)

Le télétravail était d’ailleurs déjà plébiscité. En effet, les autorités précisent que le télétravail demeure une pratique qu’il convient de continuer à favoriser, en ce qu’il participe à la démarche de prévention du risque d’infection au virus SARS-CoV-2 et permet de limiter la densité des agents dans les locaux professionnels et les bureaux, ainsi que l’affluence dans les transports en commun, en particulier dans les zones de circulation active du virus, dites « zones rouges ». Le 1er ministre demande de porter une attention soutenue à son organisation et à son développement, dans une limite en nombre de jours télétravaillés qui pourra être modulée en fonction de la situation épidémiologique territoriale et devra se concilier avec les nécessités de service.

Nous sommes très sensibles à ces recommandations, d’autant que le département vient de passer en rouge ce 7 septembre 2020.

Aussi, par référence aux difficultés de mise en œuvre du déconfinement qui ont fait souffrir nombre d’agents et qui n'ont pas donné entière satisfaction à l'administration, nous ne souhaitons pas revivre une telle situation.

Nous évoquions les risques d’une précipitation dans une reprise du travail en présentiel et nous posons aujourd'hui les questions suivantes :

  • la collectivité a-t-elle les moyens de respecter toutes ces consignes ? (masques chirurgicaux, locaux individualisés, entretien poussé, etc…)
  • les a-t-elle envisagées et planifiées ?
  • ne devons-nous pas les valider en instances (CT ou CHS CT) ?

Nous n’attendons pas dans notre collectivité, la préconisation du ministre de tenir informés les représentants des personnels de l’ensemble de ces consignes et d’assurer un dialogue social constant pour proposer notre collaboration à la mise en œuvre efficace de ces nouvelles mesures.

Lors de notre réunion du 3 septembre, nous nous sommes déjà entendus sur le fait de ne pas redemander un certificat d’isolement aux agents en ASA patho , d’une part, pour ne pas submerger les services de la DRH dans cette tâche supplémentaire, d’autre part, pour ne pas stigmatiser les agents devenant plus ciblés car atteints d’une de 4 pathologies recevables mais qui ne doit en aucun cas être communiquée.

Continuons dans ce sens.

Nous souhaitons vous mettre en garde sur les risques encourus et proposons de poursuivre la réflexion commune sur les points de cette circulaire, en particulier :

- maintenir le télétravail pour les agents qui en bénéficient déjà

- observer l’évolution de la situation sanitaire dans le Nord

- s’informer des décisions que vont prendre les autorités dont celles de la ministre lors de son prochain rendez-vous du 15 septembre.

L’objectif est de ne pas remettre en présentiel trop rapidement des agents vulnérables, donc potentiellement en danger, ni d'avoir trop de monde sur place dans un département dans lequel le virus évolue très rapidement.

La tenue d’un prochain CHS CT relatif à ces points pourrait être la réponse concrète à cette poursuite de la gestion de la crise sanitaire dans notre collectivité.



mardi 7 juillet 2020

lettre N°3 des animateurs au maire

Lettre ouverte sur le refus de dialogue du maire et des élus


Monsieur le Maire,

Fatigués, en souffrance, en mal être profond, le service enfance accuse le coup de la crise COVID-19 en plus des autres réformes qu'il subit et ce depuis plus de 2 ans !
Pour mémoire et convaincus du bien fondé de notre requête nous vous avons sollicité et nous persistons face aux difficultés que nous rencontrons d’une nécessaire rencontre et concertation sur les points suivants:
  • Une pression excessive supportée par les agents
  • Notre cheffe de service en arrêt
  • Une diffusion des informations faite en priorité aux usagers au détriment des agents censés les mettre en œuvre
  • Une organisation remise sans cesse en question (séjour de vacances, accueil périscolaire, centres d’été)
  • Des agents délocalisés, puis relocalisés et encore délocalisés, …
A ce jour, à cet instant, AUCUN pas vers nous n’a été effectué, 
le vendredi 26 juin, lors de notre rassemblement, AUCUN élu de la majorité n’est venu à notre rencontre
 à NOUS fervents défenseurs du service public et fiers d’appartenir à cet esprit collectif au service des autres !

Nous demandons à pouvoir faire notre métier correctement, à pouvoir accueillir les usagers dans le respect de conditions d’organisations satisfaisantes et de sécurité sanitaire pour les agents et les enfants.

C’est le sens d’une main tendue ! Que vous avez balayé d’un revers de la main.

Aujourd’hui, votre objectif de réélection est atteint !
Nous maintenons nos revendications et demandons par la présente, une rencontre constructive avec nos nouveaux élus afin d’entamer un dialogue serein et ce dès la rentrée de septembre !

Nous dénonçons le manque de place fait à l’animation et à l’éducation populaire.

Face à cette incertitude, cette angoisse du lendemain, vos menaces, nous voulons un positionnement clair sur notre devenir.
Nous savons, et vous le savez aussi, ce que nous apportons à la population...
Nous déplorons ce manque de communication.

Nous sommes dans l’attente de propositions de rencontre et de réponses, faute de quoi, nous sommes déterminés à mettre en place des actions adaptées à nos revendications.

Sensibles à un service public de qualité, recevez monsieur le Maire nos salutations dévouées.

lundi 6 juillet 2020

article VdN malaise animateurs


La journaliste a interviewé des animateurs en mal être du service Enfance.


samedi 27 juin 2020

précisions sur le rassemblement au parvis de l'hôtel de ville du 26 juin 2020


Comme nous l'avons indiqué dans notre article précédent :

Les agents du service Enfance regrettent que le Maire ne soit pas venu à leur rencontre, ni aucun élu adjoint aux délégations Enfance, Jeunesse et Personnel municipal.

Il faut préciser, comme le confirme le Maire dans son blog :

"Des élus de droite du conseil municipal étaient présents à la manifestation syndicale organisée contre moi".

Effectivement, aucun élu de la majorité municipale n'était présent.

Ces élus de l'opposition sont venus à notre rencontre et ont proposé de rencontrer les agents du service la semaine prochaine, quelle que soit l'équipe en place issue des élections municipales.
Apolitiques, nous avons échangé sur les conditions de travail des agents de ce service.

Enfin, nous tenons à contester les propos du Maire sur "la manifestation syndicale organisée contre moi".
Il ne s'agit pas d'une attaque contre le maire mais d'une manifestation d'agents soucieux de leurs conditions de travail de service public et inquiets pour la sécurité des enfants qu'ils doivent accueillir.

Nous regrettons que le Maire ait répondu exclusivement sur le terrain politique et sur sa personne, ce que nous ne souhaitons pas.

vendredi 26 juin 2020

photos du rassemblement 26 juin 2020


Les visages sont floutés car les agents ont peur des représailles !









le rassemblement sur le parvis de la mairie


le lien vers la vidéo du rassemblement

https://www.facebook.com/unsamairievascq/videos/750004289090318/

sur youtube : https://youtu.be/8QmztMFO4Yk 

Le rassemblement a eu lieu ce matin et a été perturbé par l'orage.

Les participants présents remercient les personnes venues les soutenir, les collègues des autres services municipaux eux aussi en difficulté.

Les agents du service Enfance regrettent que le Maire ne soit pas venu à leur rencontre, ni aucun élu adjoint aux délégations Enfance, Jeunesse et Personnel municipal.

Ils déplorent qu'aucun représentant de l'administration n'ait cherché à les rencontrer pour connaitre plus précisément leurs revendications et envisager la suite à donner.

Ces agents n'ont pas fait grève aujourd'hui pour pouvoir accueillir les enfants des CAL.

Ils demandent une réunion de travail le plus vite possible et 2 jours de préparation pour les centres de loisirs et de vacances de cet été.

Ils ne feront pas grève non plus en début de semaine prochaine mais n'exclut pas de le faire si le dialogue ne s'installe pas, et ce, quel que soit le Maire ou la Maire sorti(e) des urnes ce dimanche.


article la voix du nord préavis de grève service enfance



 le lien vers la voix du nord

https://www.lavoixdunord.fr/769537/article/2020-06-25/villeneuve-d-ascq-preavis-de-greve-du-service-enfance-de-la-ville-lasse-des

mercredi 24 juin 2020

rassemblement des agents sur le parvis de l'hôtel de ville


N'ayant pas eu de réponse favorable du Maire à leur main tendue, en particulier sur la tenue d'une réunion de travail avec l'administration pour améliorer leurs conditions de travail et la sécurité des enfants des centres de loisirs,

les agents du service Enfance font un rassemblement silencieux sur le parvis de l'hôtel de ville de Villeneuve d'Ascq
le vendredi 26 juin 2020 à 10h.

Ils demandent :
- aux agents des autres services municipaux
- à la population
de venir les soutenir dans leur action de 10h à 12h30.

 Notre syndicat UNSA les soutient dans leur démarche qui se veut constructive.

Nous serons présents à leur côté pour les soutenir mais aussi pour entendre les agents des autres services exprimer leurs difficultés.

Nous avons déposé un préavis de grève du vendredi 26 juin au lundi 6 juillet afin de discuter des revendications des agents de ce service mais également des autres services en contact avec les usagers qui souffrent aussi des conditions difficiles de leurs missions de service public.

La réponse du Maire reste politique et se résume à des considérations personnelles sur sa réélection.

Les agents ne veulent pas rentrer dans ce schéma.
Ils ne veulent pas favoriser tel ou tel candidat.
Ils veulent s'appuyer sur le préavis de grève pour faire des propositions d'amélioration des conditions d'accueil des enfants dans les centres de loisirs et de vacances, avant et après les élections municipales, quel que soit le maire en place.

Leur lettre ouverte au Maire ICI.